Bandeau inférieur

Vivre à St-Georges/Economie - Emploi/SITUATION ECONOMIQUE

SITUATION ECONOMIQUE

Présentation économique

Jusqu'au 20ème siècle la vie fut essentiellement agricole. A partir de la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle se produisit une importante transformation : 3 barrages furent créés sur la Sioule : Les Fades, Garachon et Queuille. Ils furent édifiés par la compagnie hydro-électrique d'Auvergne. L'électricité produite était destinée à l'alimentation de la ville de Clermont-Ferrand. Vint ensuite l'électrification partielle de nos campagnes, mais un excédent de production électrique amena la compagnie hydro-électrique d'Auvergne à fonder l'Electro-Métallurgie d'Auvergne (E.M.A.) sur la Commune des Ancizes qui produisait des Ferros-Alliages. La création de la voie ferrée Volvic-Lapeyrouse permit d'amener les matières premières et l'expédition de la production avec un raccordement de l'usine sur la voie ferrée. C'est aussi à cette époque que fut créé le Viaduc des Fades au début des années 1900 : ce viaduc, le plus haut d'Europe jusqu'à la fin du 20ème siècle permit de relier Clermont à Montluçon rapidement. En 1926, les familles Aubert et Duval s'installèrent sur les lieux et créèrent une véritable industrie métallurgique avec fours électriques, laminoirs, forge et un atelier d'usinage, puis vinrent ensuite la Fonderie, le traitement, etc... Entre les deux guerres et même après, la main d'oeuvre était essentiellement constituée par des ouvriers paysans recrutés dans toute la région. L'usine compte jusqu'à 2500 ouvriers et si l'on ajoute les entreprises gravitant autour et dans l'usine, on peut estimer à plus de 3000 personnes travaillant dans le secteur. Aujourd'hui, appliquant toutes les techniques les plus modernes les aciers fins Aubert et Duval sont vendus dans le monde entier. Ainsi ces aciers nobles servent par exemple à la fusée Ariane, aux trains d'atterrissage des avions AIRBUS, CONCORDE et bien d'autres.
Parallèlement au début des années 80, une usine de luminaires s'intalla sur la Commune de St-Georges. Au tout début, elle ne comptait que 6 ouvriers, mais aujourd'hui elle emploie environ 500 personnes. Cette usine est installée sur la zone industrielle créée sur les biens de section du village de Courteix. Une part importante de la production est destinée à l'exportation. Dans cette zone industrielle, d'autres petites et moyennes entreprises se sont implantées. Le remembrement de 1975 vit diminuer le nombre des agriculteurs et les ouvriers paysans n'existent pratiquement plus aujourd'hui.